Exigences en matière d’agriculture et de technique

Changement climatique et protection des sols

En raison de l'augmentation du taux d'évaporation, les sols deviennent plus secs. Chaque degré fait évaporer 7 % d'eau en plus. La moyenne annuelle a augmenté d'environ 1 degré en 30 ans.

Une atmosphère plus chaude transforme plus rapidement la vapeur d'eau en nuages, puis en précipitations. Il pleut donc plus violemment qu'avant. Cela signifie que, même si les quantités de pluie restent les mêmes, il pleut moins souvent.

Les précipitations doivent être stockées le mieux possible dans le sol. Les fortes précipitations doivent pouvoir s'infiltrer facilement dans le sol en créant un système de pores qui fonctionne le mieux possible et en augmentant l'activité biologique (vers de terre, champignons, etc.)

De plus, il faut éviter un échauffement extrême du sol qui détruit toute activité biologique dans le sol.

  • Conservation et constitution de l'humus
  • Réduction des émissions associée à une baisse des coûts de production (par exemple azote utilisé de manière plus efficace)
  • Utilisation de la pluie - le sol doit toujours être recouvert de plantes
  • Les fortes pluies plus fréquentes ne doivent pas s'écouler en surface et provoquer une érosion
  • Pas de labourage en profondeur, surtout au printemps, lorsque le sol est déjà sec.
  • Couverture minimale du sol en hiver et implantation ciblée des cultures intermédiaires pour éviter la perte et le lessivage des éléments nutritifs.
  • Obligation de rotation des cultures. Outre une réduction de l'intensité du travail du sol, la couverture du sol par les résidus de récolte et les cultures intermédiaires devra également augmenter.
  • L’implantation d'au moins 5 espèces principales, y compris les légumineuses, ..., le renoncement à la protection phytosanitaire chimique de synthèse
  • Les Länder doivent consacrer 35 % des aides agricoles à des prestations liées à l'environnement et au climat - exemple de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie : réduction des engrais et des produits phytosanitaires, protection des sols et des eaux. Amélioration des conditions de vie de la faune et de la flore sauvages. Soutien à l'agriculture biologique.
  • Couverture minimale du sol (BCAE 6) : sur au moins 80 % des terres arables, une couverture minimale des sols est obligatoire du 15/11 au 15/01. Pour cela, vous pouvez par exemple laisser les chaumes de la culture précédente sans aucun travail ou effectuer un ¬paillage du sol sans le retourner après la récolte. Il est également possible d’implanter des cultures pluriannuelles, des cultures d'hiver, des cultures intermédiaires ou d’effectuer un paillage.
  • Conservation et constitution de l'humus
  • L'agriculture biologique et ses méthodes sont encouragées et mises en avant
  • Réduction des émissions associée à une baisse des coûts de production (par exemple : meilleure efficacité de l'utilisation de l'azote)
  • Réduction des produits phytosanitaires
  • Implantation de cultures intermédiaires et de sous-semis
  • Réduction significative de l'intensité du travail du sol, tout en augmentant considérablement l'efficacité et l'efficience des mesures de travail du sol.
  • Sécurité alimentaire malgré le changement climatique et la perte de biodiversité
  • Réduction d'au moins 50 % des pertes d’éléments fertilisants sans détérioration de la fertilité du sol. Réduction de 20 % de l'utilisation d'engrais d'ici 2030
  • Fertilisation azotée 20 % en dessous des besoins en engrais calculés sur la moyenne des surfaces
  • Une plus grande efficacité de l'utilisation de l'azote est nécessaire pour conserver le rendement et la qualité :
    • il faut viser une réduction significative des pertes d'azote
    • Implantation de cultures intermédiaires après des cultures présentant de grandes quantités d'azote résiduel dans le sol (colza d'hiver, céréales et légumineuses fourragères, pommes de terre, légumes, en partie maïs d'ensilage), en combinaison avec une intensité de travail du sol nettement réduite.
  • Limite supérieure d'azote par parcelle pour les engrais organiques : maximum 170 kg d'azote provenant d'engrais organiques
  • Limite supérieure de 170 kg d'azote organique par parcelle
  • Fertilisation d'automne uniquement dans des cas exceptionnels
  • Implantation de cultures intermédiaires obligatoire. La fertilisation azotée n'est autorisée pour les cultures semées après le 1er février qu’en cas de culture intermédiaire sur la surface concernée sans la retourner avant le 15/01.

Saphir Maschinenbau GmbH

Wichernstraße 1
27404 Bockel
Allemagne

Tél.: +49 (0) 4281 / 712 - 799
Fax: +49 (0) 4281 / 712 - 46

grindstar(at)saphir.de